Qu’est-ce que l’iaïdo ?

L’iaïdo (居合道) est un art martial développé au Japon à la fin du XVIe siècle par Hayashizaki Jinsuke Shigenobu.

 

Hayashizaki Jinsuke Shigenobu

Hayashizaki Jinsuke Shigenobu (1542 – 1621)

Cette technique de combat fut conçue pour détruire l’adversaire rapidement en dégainant le sabre et en coupant en un seul mouvement.

Au fil des siècles, les périodes de guerre laissant place à la paix, l’iaïdo évolua en un art de vivre permettant de travailler son cœur et son esprit afin de contribuer au progrès de l’être humain.

La pratique

La pratique de l’iaïdo consiste à manier un katana face à un ou plusieurs adversaires imaginaires lors d’un combat prédéfini. Dans un souci évident de sécurité, le pratiquant débutera armé d’un sabre en bois (bokken), puis d’un sabre non affuté (iaïto). La finalité étant de pratiquer avec un véritable sabre affuté (shinken).

 

Nakayama Hakudo Sensei

Nakayama Hakudo Sensei (1873 – 1958)

L’étude de l’iaïdo commence par l’apprentissage du Seitei-Iaï, ensemble de techniques fondamentales permettant de maitriser les bases du combat au sabre. Par la suite, les pratiquants plus avancés apprendront les techniques de la Muso Shinden Ryu, école traditionnelle fondée par Nakayama Hakudo et choisie par notre dojo.

La philosophie

Le mot IAIDO est composé de 3 kanji ; I : être, vivre, exister – AI : unité, harmonie – DO : la voie. Il peut donc être traduit par la voie de l’unité de l’être.

Le mot iaïdo en kanji

Le mot iaïdo en kanji

Dans le contexte d’un duel au sabre, le terme IAI implique donc l’unification du corps, de l’esprit et de la technique afin d’obtenir la victoire sur l’adversaire.

D’un premier abord, cette victoire implique inévitablement la mort de celui-ci. Cependant, la finalité de l’iaïdo est d’être victorieux sans avoir à dégainer le sabre. En prenant simplement l’ascendant spirituel sur son adversaire.

Dans notre vie quotidienne, l’entrainement physique et mental nécessaire au maniement du katana améliore notre état d’esprit et fait de nous de meilleures personnes, promouvant la paix et la bienveillance au-delà des murs du dojo.

La pratique de l’iaïdo s’apparente à une perpétuelle recherche de la perfection et une remise en question quasi perpétuelle de ses acquis. C’est un véritable combat contre soi nécessitant projection, concentration et rigueur.

Le bokken sera la première arme utilisée par le pratiquant et l’accompagnera tout au long de son apprentissage dans le cadre d’exercices individuels ou d’un travail réalisé avec partenaire.

Le pratiquant plus avancé utilisera un iaito, sabre composé de différents alliages chromés et non affutés.

L’iaïdo en vidéo

L’équipement

La tenue de l’iaidoka est composée de :

  • Un iaigi : veste coupée spécialement pour l’iaïdo.
  • Un juban : chemise blanche se plaçant en dessous de l’iaigi et destinée à absorber la transpiration.
  • Un obi : ceinture qui assure le port du sabre et qui se porte sur la veste et sous le hakama.
  • Un hakama : souvent décrit comme un « pantalon-jupe », du fait de l’ampleur des jambes et des plis qu’il comporte, et qui s’attache avec des sangles cousues sur le devant et l’arrière.
  • Une paire de genouillères souples pour le travail au sol.
Tenue de l'iaïdoka

Tenue de l’iaïdoka (iaigi, juban et hakama)

Remarques :

  • Pour les premiers cours d’iaïdo, un simple survêtement suffit. Le bokken vous sera prêté par le dojo.